Notre territoire est riche de sentiers de randonnées !

Ils peuvent être à la fois des sentiers au cœur de la forêt d’Eu, des chemins de campagne, des ruelles de petits villages et peuvent sillonner les abords de rivières et d’étangs.

Ces boucles ont été inscrites au Plan Départemental des Espaces, Sites et Itinéraires relatifs aux Sports de Nature (PDESI).
Douze sont classées de niveau 2 (le plus haut) et pour certaines qualifiées comme présentant un intérêt départemental et quatre de niveau 1.

randonna-e-2015

Les randonnées du territoire !

  • Aumale : 8h30 tous les 3ème  dimanche du mois – devant le bureau d’information touristique d’Aumale
  • Blangy-sur-Bresle :  1er samedi du mois à 9h00 (départ du Camping ou du Manoir)
  • Foucarmont : 14h00 les lundis après-midi – Pl des Cateliers

Les différents guides de se proposent de vous faire découvrir les différents sentiers de la vallée de la Bresle et de l’Yères gratuitement et de manière accompagnée.

Plusieurs départs et animations vous sont proposés tout au long de l’année.

Vous trouverez ci-joint les calendriers des marches 2017. N’hésitez pas à nous rejoindre.

Les randonnées de notre territoire


Deux dépliants présentent les divers circuits de notre territoire, n’hésitez pas à venir en demander des exemplaires auprès de l’office de tourisme (Blangy) ou du bureau d’information touristique (Aumale) ou bien à les télécharger sur notre site !
Des associations de randonnées organise aussi des balades tout au long de l’année afin de vous permettre de découvrir d’autres sentiers non balisés.
N’hésitez pas à nous consulter pour connaitre le calendrier annuel des marches.

Projet 2018 – Projet de création d’un circuit de randonnée historique et de mémoire


Le patrimoine de la seconde guerre mondiale bénéficie de nos jours d’un intérêt historique incontestable à l’image des constructions plus anciennes tel les châteaux forts de l’époque du Moyen âge. Cet engouement du public, averti ou non, pour les vestiges du dernier conflit que sont ces masses de béton aux formes diverses, sur nos plages ou à l’intérieur des terres, mais toujours le fruit d’une technicité architecturale deviennent dorénavant les seuls témoins survivants d’une histoire mondiale dans sa généralité mais qui devient particulière et personnelle lorsque celle-ci touche directement la population environnante.

Notre territoire n’a pas connu une histoire comparable à celle des plages du Calvados et de la Manche avec le débarquement du 6 juin 1944 ni la bataille de Normandie qui s’est achevée le long des berges de la Seine en août de la même année, mais il a, entre autre, connu une activité militaire non négligeable empreinte d’avancées technologiques qui gravite autour de la « Vergeltungswaffe » ou plus communément appelé chez nous le « V1 » ou « robot » par les anciens, premier missile balistique de l’histoire.

Afin de concrétiser ce projet, la Communauté de Communes a su trouver l’aide des techniciens de l’Office National des Forêts, d’élus locaux ainsi que de bénévoles dont tout particulièrement M. Yannick DELEFOSSE, auteur de l’ouvrage « V1 – arme du désespoir » et de M. Roger BOURGEOIS, l’un des derniers témoins de cette époque, qui collabora à la réalisation du livre « L’enfer des V1 en Seine Maritime » de l’Abbé Norbert DUFOUR et M. Christian DORE.

De nos jours sont encore visibles les vestiges des 22 bases de lancement de V1 sur notre territoire communautaire, en lisière de forêt d’Eu, dans divers états, achevées ou encore en phase de chantier, quasi intactes ou endommagées à divers degrés par les bombardements, le démantèlement et le désintérêts d’après-guerre. Au-delà de l’aspect touristique, ce projet a l’ambition d’entretenir le devoir de mémoire et rendre un hommage aux habitants de notre territoire disparus des suites de lancements ratés ou des bombardements alliés.

Les noms de ces habitants, victimes civiles, sont gravés sur nos monuments aux morts et leurs histoires, pour quelques-uns d’entre eux, sont encore connues. Il serait temps et bénéfique d’interroger nos plus anciens et porter intérêt à leurs témoignages qui illustreront ce parcours.

Le monument aux morts de Saint-Léger-aux-Bois et la Place des Cateliers de Foucarmont seront, entre autres, des passages obligés de ce circuit.

La chasse


Au cours des mois d’automne et d’hiver, chasseurs, promeneurs, randonneurs, cavaliers et cyclistes partagent le même territoire.

Afin que tous les usagers puissent exercer leurs activités, il est demandé à chacun de ne pas pénétrer dans les secteurs délimités par les panneaux « chasse en cours ».

Cette action est programmée dans le cadre d’un plan de chasse validé par le Préfet.

Chaque année, l’évolution des niveaux de population de grand gibier est évaluée par les agents de l’Office National des Forêts et les chasseurs qui veuillent ainsi à l’équilibre « forêt-gibier ».